jemappes - Page 3

  • Imprimer

    L’église Saint-Martin

    Malgré nos nombreuses recherches, nous ne pouvons pas fixer l’époque exacte de l’église qui existait avant celle construite en 1863...

    jemappes,église

    Lire la suite

  • Imprimer

    Le salon communal

    Après la dernière guerre, l’Administration communale envisagea de créer un espace permettant d’accueillir les manifestations locales de tous genres...

    Lire la suite

  • Imprimer

    Le salon de l'Union

    Henri Lefèbvre, alias « Henri Tournelle », avait en son temps écrit un poème intitulé : « On a détruit nos vieilles maisons »...

    Lire la suite

  • Imprimer

    Les châteaux de Jemappes

     Il y eut certainement au cours des siècles quelques châteaux en notre commune. Le terme château étant alors entendu dans son sens le plus large. En effet, autrefois, lorsqu’un propriétaire se faisait construire une demeure d’une certaine apparence et pour peu qu’elle fût encadrée de parterres fleuris ou de frondaisons, cela devenait vite, pour le langage populaire, le « château », même si l’ensemble représentait une surface plutôt modeste.

    Lire la suite

  • Imprimer

    Saint-Jean-de-Dieu

    Rue des Représentants - Hospice des vieillards, congrégations religieuses, maison particulière, école et puis… plus rien...

    Lire la suite

  • Imprimer

    Atelier de chaudronnerie

    Archives de l’Etat à Mons – Jemappes Fond II – AEM.01.073 - cote 566 et 567

    Lire la suite

  • Imprimer

    Les brasseries

    D'après les Archives de l’Etat à Mons – Jemappes Fond II – AEM.01.073 - cote 568

    Lire la suite

  • Imprimer

    Les charbonnages

    Abordons ici un chapitre capital, l’industrie houillère à Jemappes...

    Lire la suite

  • Imprimer

    Chantiers de construction et de réparation navale

    jemappes,industrie,constructions navales

    Lire la suite

  • Imprimer

    Les fours à coke

    Archives de l’Etat à Mons – Jemappes Fond II – AEM.01.073 – cote 583

     

    Le coke est obtenu par pyrolyse de la houille dans un four à l'abri de l'air dans des fours regroupés en batteries dans une usine appelée cokerie. Ce procédé a longtemps été très polluant.

    Le 21 octobre 1822, le sieur Pierre Jean-Louis Billard, mécanicien, demeurant à Jemmape obtient l’autorisation d’établir deux fours à coke pour épurer et réduire le charbon de terre en coke.

     

    Le 3 novembre 1822, la société Richebé frères et Fauvel, marchands de charbon à Jemmape, obtient l’autorisation d’établir des fours à coke à Quaregnon, sur la rive droite du canal, à 500 mètres en aval de l’écluse de Jemmape.

     

    En juin 1847, le gouvernement provincial du Hainaut refuse l’établissement de deux groupes (soit 24 fours à coke) avec hangars, à Jéricho, rive gauche de la Haine, suite à l’opposition des riverains.

     

    Le 31 mai 1859, la société anonyme charbonnière des Produits à Jemappes obtient l’autorisation d’établir 60 fours à coke avec machines à vapeur et gazomètre, sur le terrain lui appartenant à l’angle de la rue du Moulin d’en haut et de la rue à Charrettes.

  • Imprimer

    Les fours à chaux

    jemappes,industrie,four à chaux

    Lire la suite

  • Imprimer

    Laminoir – Fabrique de fer

    D'après les archives de l’Etat à Mons – Jemappes Fond II – AEM.01.073 – cote 586

    Lire la suite

  • Imprimer

    La fabrique de porcelaines

    D'après les archives de l’Etat à Mons – Jemappes Fond II – AEM.01.073 – cote 577

    Lire la suite