Imprimer

Les victimes civiles

Morts pour la Belgique A.L. du 17 juillet 1918...

Les Allemands étaient convaincus que des francs-tireurs avaient ouvert le feu sur leurs troupes. En représailles, des maisons furent incendiées et des civils furent fusillés. Du 5 au 26 août 1914, l'armée impériale allemande passa par les armes plus de 5 000 civils dans une centaine de communes de Wallonie et y détruisit plus de 15 000 maisons, dont 600 à Visé et 1 100 à Dinant soit 70 % des exactions commises au début de l'invasion en France et en Belgique.
 

monument aux morts 2.jpg

 

Le monument commémoratif était situé à l'intersection de l'avenue du Roi Albert, de l'avenue Wilson et de la rue de Cuesmes.

 

monument aux morts 1.jpg

Le monument originel était dédié aux déportés et victimes civiles de la Première Guerre Mondiale ; Il a été détruit par les allemands en 1940. Le nouveau monument est lui dédié à toutes les victimes des deux guerres.

 

Bouillez Ida Nadia Décédé(e) le 23 aout 1914 en l’institut Saint-Ferdinand (inhumée le 27)Acte numéro 201

Fillette de 13 ans abattue devant la porte de sa maison (café du Phare)

Né(e) à Jemappes, le 30 janvier 1901

Bouillez Clément Joseph, garde-champêtre Décédé(e) le 24 aout 1914 rue de Quaregnon père de l’enfant ci-dessus ; la croyant seulement blessée, il voulut la conduire chez le médecin voisin. Il fut empoigné comme otage et fusillé en compagnie de Maurice Delhaye et Gaston Brihay. 

Acte numéro 243 – extrait aux actes de décès de Flénu.

Epoux Clémentine Victoria Narcisse Mannier

Né(e) à Jemappes, le 1er février 1865

Brihay Gaston Constant Théodore, employéDécédé(e) le 24 aout 1914 rue de Quaregnon (inhumé le 31) Epoux Justine Augustine Hancars Acte numéro 245 – extrait aux actes de décès de Flénu.

 Fils d’Emile Théodore et d’Angélique Gourlet

Otage fusillé contre le mur des charbonnages du Turlupu de Flénu.

Né(e) à Baudour, le 5 novembre 1864

Brihay Emile Ferdinand, journalierDécédé(e) le 14 aout 1918, rue de la Station (inhumé le 31) Victime des dommages causés par les troupes allemandes en retrait. 

Acte numéro 239

Fils de Ferdinand Désiré David et de Joséphine Filieux

Né(e) à Jemappes, le 23 novembre 1896

Brohez Auguste Décédé(e) le Victime des dommages causés par les troupes allemandes en retrait. 

Bureau Léon, mouleur en sable décédé(e) le 12 novembre 1918 à Frameries, en l’hôpital rue Joseph Dufrane Circonstances inconnues.

Acte numéro 491 – extrait aux actes de décès de Flénu.

Fils d’Adhémar et de Marguerite Célina Wéry
Né(e) à Saint-Gilles, vers 1887

Caudron Léonie Angélique, cabaretièreDécédé(e) le 23 aout 1914 (inhumée le 25) Fille de Jean-Baptiste et de Désirée Dufranne Quant à Melle Carmen Laure. Elle a entendu qu’un officier allemand a crié des paroles en allemand : « Massacrez quelques personnes, ici il faut sacrifier des civils ». Aussitôt, les soldats ont tirés, ont frappé et enfoncé des portes. C’est à ce signal que mon épouse a été tuée.[1]Déclaration d’Arthur Mathieu 

Le 23 aout 1914, vers 16 heures, nous étions cachés dans notre cave au moment de l’arrivée des troupes allemandes. Comme ils frappaient, j’ai ouvert les portes du café. Je fus empoigné pour être placé en tête des troupes et prendre la direction de Flénu. Arrivé dans cette dernière localité, sur ma demande je fus libéré par un officier allemand. Arrivé chez moi, j’ai appris que ma femme venait d’être tuée à coups de baïonnette reçus à la poitrine ; elle s’enfuit dans la direction de la rue Grande, pour tomber sur l’escalier de M. Burger François, ma femme ne cessait de crier « au secours, ils ont volé mon argent ». C’est M. Brédat Oscar qui l’a transportée chez lui où elle mourut.

Acte numéro 200

Epouse Arthur Mathieu

Né(e) à Jemappes, le 29 juin 1863

Curon Gustave Aristide, verrier Décédé(e) le 13 avril 1918 à Evere, rue Dekoster, 13 Circonstances inconnues 

Acte numéro 177 – extrait aux actes de décès d’Evere.

Fils de Félicien et de Joséphine Lecomte

Né(e) à Jemappes, vers 1889Daubechie JéromeDécédé(e) le 11 novembre 1916 à MonsActe numéro 230 bis de Jemappes de 1916 qui renvoi à l’acte numéro 201 au registre des actes de décès de Jemappes de l’année 1922 

(Jugement du Tribunal de 1ere instance de Mons du 17.4.1919)

Fusillé pour espionnage

Né(e) à Quaregnon, le 20 mars 1886

Debailleux Victorien Pierre Joseph Décédé(e) le 30 octobre 1918, rue des PréellesVictime des dommages causés par les troupes allemandes en retrait. 

Acte numéro 378

Fils de Pierre Joseph et de Marguerite Desfossés

Né(e) à Jemappes, le 9 mars 1915

Dechamps Désider (ou désiré ?) Décédé(e) le 9 septembre 1918, en la demeure de ses père et mère, rue de la Station Victime des dommages causés par les troupes allemandes en retrait. 

Acte numéro 268

Fils d’Adolphe et de Marie Emma Dobbelaere

Né(e) à Jemappes, le 4 novembre 1906

De Gersem Joseph Adolphe

Victime des bombardements

Delalieux Léon

Victime des bombardements

Né(e) à Jemappes, le 1902

Delsaux Gabrielle Mathimie Décédé(e) le 23 aout 1914Fille de Joseph et de Mathimie Massabuau Acte numéro 20

A été tuée par les soldats allemands le 23 aout 1914, vers 17 heures, après avoir été emmenée au Campiau.

Epouse Emile Garin

Né(e) à Jemappes, le 17 juillet 1891

jemappes,1914-1918Delhaye Maurice Charles François Victor, candidat notaireDécédé(e) le 23 aout 1914 rue de Quaregnon (inhumé le 31)CélibataireActe numéro 244 – extrait aux actes de décès de Flénu.

Fils de Camile et de Julia Boogaerds

Otage fusillé en compagnie de Clément Bouillez et Gaston Brihay.

Né(e) à Cuesmes, le 3 février 1891

Nous étions donc chez nous à cinq ce dimanche 23 août. Nous avions assisté à la messe, qui a été la dernière : l’église ayant été incendiée le même jour. Après le dîner, papa et Maurice ont mis les minutes (dossiers de l’Etude) à la cave en sécurité. Nous-mêmes étions aussi à la cave car les obus commençaient à tomber. Un moment, on a sonné. Des troupes allemandes montaient la rue. Maurice est allé ouvrir. Les soldats ont demandé de l’eau pour leurs chevaux. Ils sont partis bien poliment avec les seaux d’eau. Peu après, nous avons entendus des coups violents donnés dans la porte. Maurice est allé croyant avoir encore à satisfaire ces troupes, mais ceux-ci étaient de véritables bandits. Ils ont pris Maurice pour aller le fusiller au pied du cimetière de Flénu. Nous ne l’avons jamais revu.
 A ce moment, nous nous sommes cachés dans la cave au chauffage où il y avait beaucoup de charbon. Les soldats étaient dans la maison, détruisant tout et mettant le feu aux tentures et rideaux du salon. Le feu ne s’est pas propagé. Ils sont partis. Nous sommes remontés pour voir si Maurice n’était pas là, mais personne dans la maison où le feu était allumé. Papa nous a emmenés dans le jardin où nous avons passé la nuit dans une atmosphère épouvantable : l’église brûlait, la gare, quatre châteaux et 345 maisons. C’était terrible. C’est vers 5 heures du matin que papa a décidé de descendre dans une citerne qui était vide mais humide. Nous avions un matelas, une chaise cannelée, une marmite de bouillon. On n’a jamais compris comment papa, monté sur sa chaise, a pu soutenir la pierre très lourde qui fermait la citerne. Nous sommes restés là jusqu’au mardi à 5 heures du matin. Pendant ce temps, les allemands pillaient la maison et clouaient des caisses de vins sur la pierre de la citerne. Nous sommes enfin sortis le mardi matin, épuisés et tellement inquiets sur le sort de Maurice. Nous sommes allés chez les frères où était installée une ambulance et nous avons logé là pendant plus d’un mois. Les démarches pour retrouver Maurice ont duré huit jours, tantôt de l’espoir (on l’avait vu ici et là) … quand des enfants en passant ont découvert l’horreur : trois corps sous un peu de terre.
 A noter que cette période fut très pénible pour elle puisque sa mère était déjà décédée en 1913; après Maurice, ce fut son frère Georges, médecin militaire, qui fut mis "au pied du mur" : les allemands ont voulu le fusiller avec un officier belge, quand un officier supérieur allemand est arrivé, a parlementé et, furieux, a libéré les belges in extremis. C’était le 24 août. Après, ils ont été envoyés en Allemagne comme prisonniers.
Un peu plus tard, c'est sa sœur Yvonne qui a succombé, affaiblie par le séjour prolongé dans la citerne.
 Enfin, son plus jeune frère est décédé en juin 1922 d'une grippe infectieuse et son père l'a suivi en octobre de la même année, si bien qu'elle s'est retrouvée seule, à 19 ans, avec Georges, revenu d'Allemagne en 1917, et qui s'était marié en 1919.
Georges Delhaye était médecin à Cuesmes; c'est lui qui est intervenu pour l'accouchement de ma mère, lors de ma naissance...[2]

Delplace Henri, verrier Décédé(e) le 8 novembre 1918, ruelle des Frères Fils de Gustave et d’Oliva Dehouse Acte numéro 407

Victime des dommages causés par les troupes allemandes en retrait.

Epoux d’Anna Marie Jeanne Hancart

Né(e) à Jemappes, le 7 aout 1884

Demoulin Henri Georges, verrier Décédé(e) le 30 octobre 1918, rue Croisette Fils de Joseph et de Marie Clara Dufrasne Acte numéro 369 

Victime des dommages causés par les troupes allemandes en retrait.

Epoux d’Emilie Philomène Urbain

Né(e) à Flénu, le 21 mars 1886

 

Depret Léonie Décédé(e) le 10 novembre 1918, rue de la Quéwette Fille de Fabien et d’Euphémie Jacques Acte numéro 416

Victime des dommages causés par les troupes allemandes en retrait.

Epouse d’Edmond Joseph Barrois

Né(e) à Jemappes, le 26 avril 1884

Deroux Oliva Julia Décédé(e) le 25 aout 1914 en l’institut Saint-Ferdinand Fille d’Henri Charles et de Mathilde Degrave Acte numéro 203

Abattue en rue par les fantassins allemands, en compagnie de Pierre Havron.

Célibataire

Né(e) à Jumet, le 7 juillet 1897

Dessoignies Hector Décédé(e) le (inhumé le 

Victime des bombardements

Né(e) à Jemappes, le

Dubois Clémentine Décédé(e) le 10 novembre 1918 rue de la Quéwette Fille de Jean Baptiste et de Joséphine Guchet Acte numéro 404

Victime des dommages causés par les troupes allemandes en retrait.

Epouse d’Edmond Joseph Destrait

Né(e) à Jemappes, le 23 mai 1867

Duez Alfred Constant Eugène Ignace, industriel Décédé(e) à Quaregnon le 9 novembre 1918, Grand-Route Fils d’Aaron Alfred et d’Eugénie Constance Gourlet Acte numéro 471 - extrait aux actes de décès de Quaregnon

Circonstances inconnues

Epoux de Ghilain Jeanne Aimée Cécile

Né(e) à Jemappes, le 1er décembre 1872

Dutrieux Gustave Décédé(e) le (inhumé le 

Victime des bombardements

Né(e) à Jemappes, le

Fillieul Jean Joseph Vital Théodule, géomètreDécédé(e) le 10 novembre 1918, en sa demeure, rue de la Faïencerie Fils d’Ernest Joseph et de Marie-Thérèse Pourveur Acte numéro 408

Victime des dommages causés par les troupes allemandes en retrait.

Epoux de Rosa Alberta Laurent

Né(e) à Cuesmes, le 14 juin 1882

Fourmanois Charles Joseph, accordeur de pianos Décédé(e) le 10 novembre 1918, en sa demeure, rue de Ghlin Victime des dommages causés par les troupes allemandes en retrait. 

Acte numéro 418

Epoux d’Octavie Marie Dehoux

Né(e) à Ellezelles, le 14 décembre 1855

Godin Georges Décédé(e) le (inhumé le 

 Victime des bombardements

Né(e) à Jemappes, le

Gondry Alexandre Alexis, houilleur Décédé(e) le 23 aout 1914, rue du Marché Fils de Félix et de Léocadie Bouilliez   

Je me trouvais dans la cave quand j’ai entendu Gondry Alexandre qui gémissait. J’ai été ouvrir la porte et je l’ai transporté chez moi. Il portait une blessure au côté droit. Il souffrait beaucoup malgré les soins prodigués. Gondry est mort une heure après.[3]

Le nommé Alexandre Gondry, demeurant rue de Flénu n°141 à Jemappes fut tué volontairement par des soldats allemands le 24 aout 1914, vers trois heures de l’après-midi. Témoin : Félicie Brihay, épouse Louis Rassart, âgée de 45 ans, demeurant rive droite de la Haine n° 1 à Jemappes.

Acte numéro 209

Epoux Joséphine Luton

Né(e) à Feignies, le 16 octobre 1878

Grégoire Zénoble Eugène Valentin Erasme, chaudronnier Décédé(e) le 26 novembre 1918, en sa demeure, rue de Cuesmes Epoux de Palmyre Naisy Victime des dommages causés par les troupes allemandes en retrait. 

Acte numéro 462

Fils de Martin Joseph Grégoire et d’Angélique Frérotte

Veuf de Victorine Charlotte Bultez

Né(e) à Jemappes, le 4 aout 1858

Hatry Arthur

 Victime des bombardements

Né(e) à Jemappes, le

Havron Pierre Joseph, Houilleur, Epoux Elise Beugnies Décédé(e) le 24 aout 1914 (inhumé le 28)   

Le fait se passe le 24 aout vers 4h1/2 du matin. J’ai vu des soldats allemands (fantassins) tirer sur Pierre Joseph Havron. Celui-ci se trouvait dans la direction de la rue de la Sablonnière au moment où il fut tué.[4]

Le 24 aout 1914, le nommé Pierre Havron, âgé de 53 ans, demeurant à Jemappes, rue de Flénu n° 120, fut tué volontairement par des fantassins allemands lors du passage des troupes.

Acte numéro 207

Fils de Charles Constant et de Florentine Delseaux

Né(e) à Jemappes, le 29 juin 1863

Honoré Emile Ernest Décédé(e) le 10 novembre 1918, en la demeure de ses père et mère, rue Basse Bise Victime des dommages causés par les troupes allemandes en retrait. 

 

Acte numéro 415

Fils de Joseph et d’Ernestine Rosalie Doyen

Né(e) à Jemappes, le 2 novembre 1910

Huson Jean-François, gérant de magasin Décédé(e) en sa demeure, Grand-Route le 15 juillet 1918 Fils d’Augustine Elisabeth Huson Acte numéro 200

Circonstances inconnues

Epoux de marie Pauline Vandendyck

Né(e) à Saint-Georges (Liège), le 7 juin 1883

Joly Antoine Auguste, houilleurÉpoux Angèle Laune (ou Lourme)Décédé(e) le 23 aout 1914  

Le 23 aout 1914, me trouvant auprès du pont Lami, rue de Ghlin, j’ai rencontré le sieur Joly Antoine (sujet français) houilleur né le 3.2.1869 à Mazingarbe (Pas-de-Calais) France, domicilié dans cette commune, qui se dirigeait vers le Marais. Je lui ai adressé des observations, qu’il y avait du danger comme il y avait des troupes boches à cet endroit. Cet homme continua sa route sans me répondre. A mon retour, le sieur Joly fut tué d’une balle tirée par les boches placés le long du canal. J’ai trouvé son corps, la poitrine transpercée d’une balle, auprès du dit pont.[5]

Acte numéro 205

Fils d’Antoine et d’Irma Villers

Né(e) à Mazingarbe - France, le 3 février 1869

Lebeau Jules, mineur Décédé(e) aux hospices de Hal le 24 décembre 1918 Fils d’Adolphe et de Velmina BeugniesActe numéro 509 – Extrait aux actes de décès de Hal

Circonstances inconnues

Epoux de Marie Dahier

Né(e) à Jemappes, le 25 décembre 1885

Lheureux Arthur

Victime des bombardements

Né(e) à Jemappes, le

Legrand Paul

Victime des bombardements

Né(e) à Jemappes, le

Lévêque Edmond Décédé(e) le 10 novembre 1918, rue de la Quéwette Victime des dommages causés par les troupes allemandes en retrait. 

Acte numéro 409

Fils de Jean Baptiste et d’Anaïs Caudron

Né(e) à Jemappes, le 26 novembre 1901

Lévêque Victor Désiré niveleur de charbonnage Célibataire Décédé(e) le 24 aout 1914 en l’institut Saint-Ferdinand (inhumé le 26)  

 

Le 24 aout 1914, vers cinq heures du soir, je me trouvais sur la Grand Route, accompagnée de mon frère Victor et de ma mère. Etant arrivé près de l’institut Saint-Ferdinand, un officier allemand nous mis en joue avec son révolver, mon frère lui demanda alors grâce pour notre mère ; c’est à ce moment que l’officier tira. Il se trouvait à deux mètres de distance, mon frère fut tué sur le coup ayant reçu la balle dans la tête.

Le 24 aout 1914, vers 5 heures du soir, le nommé Victor Lévêque, Chef de bureau, âgé de 39 ans, demeurant rue du Campiau n° 9 fut tué volontairement par un officier de cavalerie allemande. Témoin : Lévêque Victorine, âgée de 40 ans, veuve de Zinque Gustave, demeurant rue du Campiau n° 9, qui déclare : L’officier allemand descendit alors de cheval et s’assura de la mort de Victor Lévêque. Cet officier a agi avec sang-froid et n’était pas ivre.[6]

Acte numéro 202

Fils de Désiré et de Victorine Céleste Discart

Né(e) à Jemappes, le 19 octobre 1873

Mage Justin Lucien Décédé(e) le 23 aout 1914 Rive gauche du Canal Fils de Ghislain Joseph et de Marie-Thérèse Lecocq Acte numéro 210

Victime des bombardements

Célibataire

Né(e) à Jemappes, le 3 juillet 1839

Mahieu Georges Décédé(e) le 9 avril 1917 à Essen (Allemagne) Acte numéro 137 – extrait aux actes de décès pour l’année 1917 de Essen (Allemagne)

Sans autre précision

Né(e) à Jemappes, vers 1880

Marc Omer

Victime des bombardements

Né(e) à Jemappes, le

Noisette Victor Emile, typographe Décédé(e) en la demeure de ses père et mère, rue du Marché le 13 mai 1919 Fils d’Emile Jean-Baptiste et d’Augustine Dugauquier 

Circonstances inconnues

Célibataire

Né(e) à Ghlin, le 28 septembre 1897

Olivier Emile Charles Louis, menuisier Décédé(e) le 8 juillet 1918, en sa demeure, rue de Ghlin Fils d’Emile et de Palmyre BruninAce numéro 190

Victime des dommages causés par les troupes allemandes en retrait.

Epoux de Céleste Delière

Né(e) à Stambruges, le 6 mars 1881

Potier Oscar, verrier Décédé(e) à Mons rue des Chartriers, le 27 mars 1918Acte numéro 136 – extrait aux actes de décès de Mons

Circonstances inconnues

Né(e) à Quaregnon, vers 1890

Quitelier Alfred Décédé(e) le

Victime des bombardements

Circonstances inconnues

Né(e) à Jemappes, le

Roland Charles Ferdinand, houilleur Décédé(e) le 23 aout 1914, Rive gauche du Canal Victime des bombardements  

Acte numéro 204

Fils de Nicolas et de Virginie Dufrane

Né(e) à Jemappes, le 3 janvier 1860

Sapin Victor, houilleur Décédé(e) le 9 novembre 1918, en sa demeure, rue Bouteillère Fils de Noël Jules et de Clémentine Lamblin 

Acte numéro 419

Epoux de Céleste Ray

Né(e) à Jemappes, le 3 juin 1870

 

Sauvage François, houilleurDomicilié à Bruay-sur-Escaut Victime des bombardements 

Acte numéro 211 (sans autre renseignement)

Décédé le 23 aout 1914, place de Jéricho

Né à Basecles en 1891 (23 ans)

Storck Arthur, menuisier Décédé(e) le 1 novembre 1918, rue des Préelles (inhumé le 5) Fils de Louis et d’Esther Joseph DemeureActe numéro 383

Victime des dommages causés par les troupes allemandes en retrait.

Epoux de Laure Barbiaux

Né(e) à Jemappes, le 11 juillet 1887

Teron Marie, Victime des bombardements

Epouse Laurier

Né(e) à Jemappes, le

 

Tournay Jean Joseph, verrier Epoux de Clémentine Sylvie Carles

Clémentine Carles, 42 ans, ménagère, veuve de Tournay Jean, domiciliée rue de Jéricho n° 94, déclare :

Le 23 aout 1914, vers 5 heures du soir, je me trouvais avec mon mari, rue de Jéricho, quand les soldats arrivèrent, à leur vue nous nous trouvâmes dans la direction de la verrerie, un gradé boche, révolver au poing, nous suivait derrière en criant. Tout à coup, il tira une balle dans le dos de mon mari qui leva les bras en l’air ; il reçut une seconde balle dans le dos et tomba par terre ; le gradé s’approcha et malgré mes supplications, il tira encore une balle de révolver dans la tête de mon mari qui expira peu de temps après.[7

Décédé(e) le 23 aout 1914 rue du Jéricho (inhumé le 25)

Né à Ransart, le 16 janvier 1875

Toussaint Auguste Louis Jules, houilleur Epoux Sidonie Victorine Destrée Décédé(e) le 23 aout 1914 Champ de la Madeleine (inhumé le 4 septembre)Acte numéro 216

Tué et inhumé par les Allemands

Fils de Jules Elie et de Célina Larboullat

Né(e) à Quaregnon, le 20 septembre 1867

Viot Louis Cléonis Décédé(e) le 10 novembre 1918, en la demeure des parents, rue de la Quéwette Victime des mines allemandes 

 

Acte numéro 410

Fils d’Alphonse et d’Evelina Biefnot

Né(e) à Jemappes, le 19 septembre 1902

Viot Omer Alphonse Décédé(e) le 10 novembre 1918 en la demeure des parents, rue de la Quéwette Victime des mines allemandes 

Acte numéro 411

Fils d’Alphonse et d’Evelina Biefnot

Né(e) à Jemappes, le 10 avril 1906

Wauquier Gustave Décédé(e) le (inhumé le  

Wauquier Hubert, verrier Décédé(e) le 18 novembre 1918 à Saint-Josse-ten-Noode Fils de François et de Louise Lagneau Acte numéro 492 – extrait aux actes de décès de Saint-Josse-ten-Noode

 Circonstances inconnues

Epoux de Louise Klinkert (rue Richebé, 11)

Né(e) à Quaregnon, le 2 novembre 1890

Wambercq Emile

 Victime des bombardements

Né(e) à Jemappes, le

 

Winance Hubert Gustave Antoine, tailleur Décédé(e) le 27 aout 1914 en l’institut Saint-Ferdinand Epoux de Maria Lefèvre Victime des bombardements 

Acte numéro 213

Fils de Narcisse et d’Elisabeth Goossens

(Inhumé à Sainte-Waudru à Mons)

Né(e) à Mons, le 22 novembre 1880

 

[1] Extrait de la main-courante de la police de Jemappes, mars 1919

[2] Publiée avec l’autorisation de monsieur Hubert Copée.

[3] Extrait de la main-courante de la police de Jemappes, mars 1919

[4] Extrait de la main-courante de la police de Jemappes, mars 1919.

[5] Idem.

[6] Extrait de la main-courante de la police de Jemappes, mars 1919 – Archives de Jemappes (Fond II)

[7] Extrait de la main-courante de la police de Jemappes, mars 1919– Archives de Jemappes (Fond II)

Les commentaires sont fermés.