Imprimer

Quelques acteurs de la bataille de Jemappes

Né le 26 octobre 1725, à Lathuy dans le Brabant, décédé le 22 décembre 1819 à Linz, est un général wallon de l'armée impériale...

Beaulieu.jpgde BEAULIEU (1725-1820) Baron Jean-Pierre

Né le 26 octobre 1725, à Lathuy dans le Brabant, décédé le 22 décembre 1819 à Linz, est un général wallon de l'armée impériale.

Son nom appartient à une famille de gentilshommes brabançons. Voué aux études mathématiques, Beaulieu embrasse très jeune la carrière des armes, et sert avec distinction dans la guerre de Sept Ans, comme aide de camp du maréchal du Saint-Empire Léopold Joseph von Daun.

Il commence sa carrière militaire dans la guerre de Sept Ans (1756-1763). Il se distingue aux batailles de Kolin, Breslau, Leuthen et Hochkirch. L'ordre militaire de Marie-Thérèse et un titre de baron sont sa récompense.

« Son caractère audacieux et ardent combiné avec sa grande énergie et une activité constante le destinait parfaitement à une carrière militaire.»

Martin Boycott-Brown, The Road of Rivoli, 2001.

 

Burnonville.jpgBEURNONVILLE (1752-1821) Générai Pierre de Riel, marquis de Beurnonville.

Né le 10 mai 1752 à Champignol-lez-Mondeville près de Bar-sur-Aube et mort 23 avril 1821 à Paris

Aide de camp du maréchal Luckner à l'armée du Rhin le 6 mars 1792, il passa maréchal de camp dans la même année le 13 mai 1792. Il fait campagne à l'armée du Nord. Il participe à la prise de Menin et de Courtrai, commande le camp de Mauldre sous Dumouriez. Chargé de la défense du camp de Maulde, il résista pendant plusieurs mois à des forces supérieures et fit, à cette occasion, que Dumouriez le surnomma, à cause de sa haute stature et de son courage impétueux, l'Ajax français. Promu lieutenant général le 22 août 1792 puis général d'armée le 9 novembre suivant il est commandant de l'avant-garde de Dumouriez et combat à Valmy et à Jemmapes (6 novembre).Il fut Ministre de la guerre en 1793, Pair de France sous la Restauration et Maréchal de France en 1816.

inconnu.jpgBLOTTEFIERE (1746-1819) Comte Pierre Louis de Blottefière, seigneur de Voyenne.

Général français. Duc de CHARTRES (1773-1850) Après les événements de 1830 qui provoquèrent la chute du roi Charles X, le duc de Chartres devint roi des Français sous le nom de Louis-Philippe Premier. A son tour, il fut renversé en 1848 par une révolution, il était le fils de Philippe d’Orléans et de Louise de Bourbon.

Antoine Philippe d’Orléans, duc de Montpensier (1775-1807) servait à Jemappes en qualité d’aide de camp de son frère le duc de Chartres dit Général-Egalité.

 

Clerfayt.jpgCLERFAYT (1733-1798) Charles Joseph de Croix, comte de Clerfait, ou Clerfayt, ou encore Clairfait,

Est un Wallon né le 14 octobre 1733 au château de Bruille à Waudrez, Hainaut (Pays-Bas autrichiens) et mort le 21 juillet 1798 à Vienne (Autriche). Il fut feld-maréchal du Saint-Empire.

Clerfayt s'était déjà distingué dans la guerre de Sept Ans et dans celle contre les Turcs en 1788 et 1789.

Il prêta allégeance à la Monarchie de Habsbourg : lorsqu'en 1792 il fut mis à la tête d'un corps de 12 000 Impériaux pour attaquer la France de concert avec l'armée prussienne, placé sous les ordres du duc de Brunswick, il entra en Champagne, s'empara de Stenay, et fit une savante retraite après la bataille de Jemmapes. Il mourut à Vienne, le 18 juillet 1798.

 

Dampierre.jpgDAMPIERRE (1756-1793)

Auguste Marie Henri Picot de Dampierre, dit le « marquis de Dampierre »[1], né le 19 août 1756 à Paris et mort le 9 mai 1793 à Valenciennes, est un général de la Révolution française. Lors de la bataille de Valmy, il commande une brigade de l’armée de Dumouriez mais c’est à la bataille de Jemmapes qu’il devient célèbre. Marchant à la tête du seul régiment de Flandre et du 1er bataillon des volontaires de Paris, il attaque les six bataillons étrangers qui débordent le corps du général Beurnonville. Dampierre parvient à les renverser et à enlever les deux redoutes qu’ils gardaient, puis tourne les canons contre les Autrichiens et rend ainsi à Beurnonville assez de liberté pour pouvoir passer à l’offensive.

 

inconnu.jpgD’HARVILLE (1749-1815)

Louis-Auguste Jouvenel (ou Juvénal) des Ursins, comte d'Harville, né le 23 avril 1749 à Paris, mort le 8 mai 1815 à Lizy-sur-Ourcq Seine-et-Marne, est un général et homme politique français de la Révolution et de l’Empire. Fait lieutenant-général le 6 février 1792, il est envoyé à l'Armée du Nord où il se distingue particulièrement à la bataille de Jemappes. Lors de la conquête de la Belgique, il commande l'avant-garde de l'armée française, et prend part à la prise de Bruxelles les 6 et 14 novembre 1792, témoignant en ces circonstances de beaucoup de perspicacité et de décision.

 

Dumouriez.jpgDUMOURIEZ (1739-1823)

Charles François du Périer dit Dumouriez. Général et stratège français de grand talent, diplomate et écrivain. Victorieux à Valmy et Jemappes. Après son échec à la bataille de Neerwinden, il rompit avec la Convention et les préceptes révolutionnaires et passa dans le camp autrichien. Il mourut à Henley en Angleterre (voir aussi la page qui lui est consacrée)

 

 

inconnu.jpgDROUET (1733-1792) François Richer Drouet, né le 16 janvier 1733 à Rouen (Seine-Maritime), mort le 6 novembre 1792 à Le Quesnoy (Nord), est un général de la révolution française.

Il entre en service le 8 avril 1753, comme garde du corps dans la compagnie de Noailles, il devient lieutenant dans le régiment d’infanterie de La Fère le 25 décembre 1755, et il participe avec ce grade à la guerre de Sept Ans.

Aide-major le 27 avril 1761, il est nommé capitaine le 28 avril 1763, et le 29 décembre 1777, il est major au régiment d’infanterie de Beauvaisis et reçoit le même jour la croix de chevalier de Saint-Louis.

Le 28 août 1783, il est lieutenant-colonel au régiment de Picardie, et le 25 juillet 1791, il est nommé colonel de ce même régiment devenu 2e régiment d’infanterie.

Il est promu général de brigade provisoire le 22 août 1792 et envoyé en cette qualité à l’armée du Nord. Le 6 novembre 1792, à la bataille de Jemappes, il est placé au centre de l’attaque, sous les ordres du général Égalité, lorsqu’il est blessé d’un coup de feu à une jambe.

Il meurt au Quesnoy, le 6 novembre 1792, des suites de cette blessure.



les soeurs ferning.jpgMarie-Françoise-Théophile-Robertine Fernig (b. Château-l'Abbaye 17 juillet 1775 - Bruxelles 2 août 1819), combattante héroïne de la Révolution française, officier, poète, sans descendance, et Marie-Félicité-Louise Fernig (b. Château-l'Abbaye 17 mai 1770 - Bruxelles 4 août 1841), combattante, elle épousa le 17 août 1798 le capitaine belge François Joseph Herman Van der Wallen (Bruxelles 22 mai 1774 - Bruxelles 6 juin 1829), ex percepteur des contributions à Saint-Gilles (Bruxelles), sœurs du général comte Jean Louis Joseph de Fernig, filles du capitaine commandant les guides François Louis Joseph de Fernig et de Marie-Adrienne Bassez.

Elles étaient âgées l’une de seize ans et l’autre de treize, lorsqu’elles se placèrent en 1792 dans les rangs de la garde nationale de Mortagne, et se battirent contre les Autrichiens. Instruite par Bournonville, la Convention leur envoya deux chevaux richement caparaçonnés.

Douées d’une grande beauté, ces deux sœurs s’attachèrent à la fortune de Dumouriez qui leur donna deux commissions d’officiers d’état-major et les prit pour aides-de-camp. Elles combattirent en cette qualité à Valmy, à Jemmapes, à Anderlecht, à Nerwinde, et firent plusieurs actions glorieuses.

Entraînées dans la fuite de Dumouriez, elles reprirent le costume de leur sexe. Plus tard, elles vinrent à Paris demander leur radiation de la liste des émigrés, furent mal reçues et ne rentrèrent qu’en 1802.

Théophile mourut sans descendance en 1818 à Bruxelles où sa sœur s’était mariée avec le capitaine belge François Joseph Herman Van der Wallen.

Dans Charles Mullié,

Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850.



Ferrand.jpgFERRAND (1736-1805)

Jean Henri Becays Ferrand, né à Lacaussade (Lot-et-Garonne), le 16 septembre 1736, mort à La Planchette, à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), le 28 novembre 1805, général français de la Révolution et du Premier Empire. Jean Henri Becays Ferrand devient colonel de la garde nationale de Valenciennes en 1791 et le commandant temporaire de la place, le 8 août 1792.

Nommé maréchal de camp par Charles François Dumouriez, le 20 août 1792, il commande l'aile gauche de l'armée du Nord à la bataille de Jemmapes le 6 novembre 1792. Il contribua au succès de cette journée par l'intrépidité avec laquelle il emporta à la baïonnette les villages de Carignan et de Jemmappes, et par l'habileté qu'il déploya en manœuvrant sur le flanc droit de l'ennemi.

 

 

inconnu.jpgFEARD Baptiste

Valet de chambre de Dumouriez à Jemappes. Après les événements, devenu capitaine, il rentra en France sous l’Empire, se retira dans son pays natal en Normandie et se suicida.

Dans la Bataille de Jemappes

Raymond G.W. Mahieu

 

  

inconnu.jpgROSIERES (1739-1808)

Charles Joseph de Nozières d’Envezin de Rosières[1], né le 12 juillet 1739 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), mort le 8 juin 1808 à Paris, est un général de division de la Révolution française.

Il entre en service le 11 avril 1755, au Chevau-léger de la Garde, et il est blessé le 23 juin 1758 à la Bataille de Krefeld. Il passe capitaine le 12 juillet 1760, dans le régiment de Fumel-cavalerie, et il est fait chevalier de Saint-Louis le 22 janvier 1768.

Le 13 décembre 1785, il devient lieutenant-colonel dans la légion de Maillebois, et le 4 juillet 1787, il passe dans le corps des lanciers au service des patriotes hollandais. Le 12 novembre 1789, il est nommé général major au service des Pays-Bas, et il organise le corps de volontaires belges[2]. Le 7 septembre 1792, il est promu général de brigade à l’armée du Nord. Il participe aux batailles de Valmy le 20 septembre 1792, et de Jemappes le 6 novembre suivant.

Il est élevé au grade de général de division le 7 mars 1793[3], commandant à Douai le 29 avril 1793. Il est réformé comme général de brigade le 1er juin 1793. Il est admis à la retraite le 21 mai 1801.

 

Saxe.jpgSAXE-TESCHEN (1738-1822)

Albert-Casimir de Saxe-Teschen, duc de Teschen, est né le 11 juillet 1738 à Moritzburg près de Dresde et mort le 10 février 1822 à Vienne. La France ayant envahi les Pays-Bas autrichiens en 1792, il prit le commandement de l'armée impériale, fit bombarder Lille en septembre, avant de se replier. Il est battu à la bataille de Jemappes (6 novembre). Entre-temps, la monarchie française a été renversée et la famille royale emprisonnée. Le roi et la reine, ses proches parents, seront condamnés à mort puis exécutés.

 

 

Tinconnu.jpgHOUVENOT Jacques Thouvenot, né le 20 janvier 1753. Il était ingénieur géographe et officier français. Héros de Valmy et de Jemmapes, passé au service de l'Empire d'Autriche en 1793, mort le 31 mars 1810 à Temeswar.

Charles François Dumouriez, passe dans le camp autrichien le 5 avril, non pas accompagné du colonel Thouvenot comme l'ont longtemps prétendu à tort la plupart des historiens, mais du maréchal de camp Jacques Thouvenot, ami et confident du général en chef, et frère aîné du colonel Thouvenot.



 

Valence.jpgVALENCE (1757-1820)

Jean-Baptiste Cyrus Adélaïde de Timbrune de Thiembronne, vicomte puis comte de Valence, dit Valence, est un général de la Révolution française, né à Agen en 1757 et mort en 1822 à Paris.

Promu lieutenant général le 20 août 1792 puis général d'armée le 6 octobre suivant, il est général en chef de l'armée des Ardennes le 8 octobre 1792, bat Beaulieu, s'empare de Dinant, de Charleroi et de Namur. Pendant l'hiver, il propose au gouvernement un plan d'invasion des colonies anglaises. Il se distingue et est blessé à la bataille de Neerwinden le 18 mars 1793.



Sources: Wikipédia

Les commentaires sont fermés.