Imprimer

Jemappes : l’origine du nom

Si l'on s'en tient à Hocq, le terme Jemappes remonterait à un pays où l'on trouvait les pommes en abondance, «  Eppe » n'étant qu'un terme germanique pour désigner, justement, la pomme. Pour d’autres, Jemappes viendrait de « Geminius », un lointain légionnaire.

Si l'on s'en tient à Hocq, le terme Jemappes remonterait à un pays où l'on trouvait les pommes en abondance, «  Eppe » n'étant qu'un terme germanique pour désigner, justement, la pomme. Pour d’autres, Jemappes viendrait de « Geminius », un lointain légionnaire.

Le terme « Gem » ou « Jem » pourrait vouloir dire « jumeaux ».

Jemappes serait donc une eau double, l'endroit où se rencontrent deux cours d'eau importants, la Haine et la Trouille.

Cette convergence des deux rivières a déterminé la physionomie des lieux : un sol uni, des prairies, des marécages… Voilà un endroit intéressant pour se défendre quand vient l'ennemi.

Donc, pour s'installer. Les hommes ont habité Jemappes très tôt. Herman Isaac, passionné des choses du terroir, nous avait présenté en son temps un silex qu'il avait ramassé dans son jardin. Un atelier de silex devait se trouver derrière le coq, à l'entrée du sentier, aujourd'hui abandonné, qui va retrouver le chemin de Flénu à Quaregnon. M. Isaac y avait retrouvé des grattoirs, des ébauches de pointes de javelot, toute une série de pointes de flèches minuscules, sans doute des ..... Jouets pour enfants préhistoriques. Quant au silex mis à jour dans son jardin, il y voyait un poignard, ou plutôt une masse de pique datant du paléolithique.

Jemappes remonte donc fort loin. En 1065, elle s'appelait « Gamappium », avant de perdre un « p » en 1122, et de se transformer en Gamapia (1150), Gemapia, Jummappes

(Conservé dans le langage populaire), et ensuite, avec une autre graphie, en Jemappes, Gemappes (1295) ... Le nom a beaucoup évolué, celui d'aujourd'hui succédant au << Jemmappes >> du temps de la bataille de 1792. Deux « m » deux « p », perte de l'une ou de l'autre lettre, gain ou perte du «  s » de la fin du nom: tout cela caractérise la marche de Jemappes vers son nom d'aujourd'hui.

…/…

Au cours de la domination autrichienne, quantité de documents portent Gemmapes ou Jemappes ; c’est cette dernière forme qui figure sur le scel scabinal avec les armoiries chargées en abyme d’un écusson à quatre lions posés deux à deux.

Après la bataille de 1792, on continue à écrire « Jemappes ». Un arrêté de la convention du 14 fructidor an III (31aout 1795) fixe d’ailleurs cette orthographe. Néanmoins, peu de temps après, un décret du directoire portait modification de cette forme qui devenait « Jemmapes ». Elle restera en usage jusqu’en 1870.

Les vicissitudes de ce mot ne s’arrêtèrent pas à cette orthographe : de 1815 à 1830, des documents officiels hollandais portent le nom de « Jemmapes ». Après l’indépendance, l’administration belge adopte « JEMMAPES » forme que les habitants ne cessent d’employer jusqu’à époque de 1870.

Le gouvernement hollandais, par les lois du 18 avril 1827 et 16 mai 1829, avait fixé officiellement l’orthographe « JEMMAPES », conservée par les lois des 30 mars et 12 avril 1836. Les lois des 18 avril 1848 et 29 avril 1860 rétablissent l’orthographe JEMMAPES que l’administration avait fait, en 1866, reprendre la forme autrichienne JEMAPPES.

Suite à cette lettre des « Amis de Jemmapes » (signée par feu Hector Voituron) le conseil communal, en sa séance du 14 juillet 1922, décida, à l’unanimité, d’adresser une lettre au Ministre de l’Intérieur, demandant la modification de l’orthographe du mot Jemmappes. Le conseil communal demandait la francisation du nom de la commune JEMMAPES au lieu de JEMAPPES.

Le 8 aout 1922, le Ministre de l’Intérieur répondait qu’il ne pouvait donner une suite favorable à la requête du conseil communal. Le Ministre écrivait : «dans toutes les anciennes formes du nom de la commune, dont la plus ancienne remonte à 1065, où l’on écrivait GAMAPIUM ou GAMAPPIUM, le nom de la commune s’écrit toujours avec un M ».

L’étymologie est donc d’accord avec l’usage actuel pour écrire Jemappes avec un seul « M ».

C’est donc avec raison qu’en 1866, le gouvernement a décidé de reprendre l’orthographe ancienne qui était toujours celle du sceau communal.

Les armoiries de la commune de Jemappes:

Dans une lettre du 22 mars 1920, le Ministère de l’Intérieur autorise les autorités communales à faire usage des armoiries dont la dite commune était en possession anciennement. Ces armoiries sont décrites et figurées comme suit :

D’or à l’aigle éployé de sable chargée en abyme d’un écusson d’or à quatre lions posés 2 à 2, le premier et le quatrième de sable ; le deuxième et le troisième de gueules.

Blason de Jemappes.jpg

Sources : Alain Audin et Charles Cambier « Au pays de la Haine »

Histoire, légendes et figures des bourgs du couchant de Mons

(Document consultable à la bibliothèque)

Les commentaires sont fermés.